mercredi 26 avril 2017

Hommage à Paul-André Enard aux Château des Izards




Paul-André Enard  (1931 – 2014)

Une carrière militaire, puis un poste de fonctionnaire des Impôts au service – un peu austère – de la Conservation des Hypothèques, ne prédisposaient pas Paul-André Enard à une reconnaissance dans la sphère des arts plastiques.

Pourtant, dès les années 70, il entre au bureau de la Société des Beaux-Arts de la Dordogne où il occupe les fonctions de Trésorier-adjoint, puis de Trésorier.

En 1992 il est élu Président de l'association rebabtisée entre-temps Société des Beaux-Arts du Périgord. On sait quelle fut sa fierté de succéder ainsi à des peintres qu'il estimait : Jean Cluseau-Lanauve, Jean-Daniel Ribeyrol, José Corréa…

En 2005, souhaitant mettre un terme au poids de cet engagement et il est remplacé par Jean-Claude Allard et devient Président d'honneur.

Ainsi, pendant plusieurs décennies, rigoureux dans sa gestion, fidèle à l’expérience patiemment acquise, attentif à la qualité des expositions présentées au public, Enard aura veillé à la réputation et au rayonnement de la Société des Beaux-Arts. Il était particulièrement fier d’avoir été, avec J-D Ribeyrol, à l’origine de l’Atelier de la SBAP en 1978.

Autodidacte, Paul-André Enard a voulu nourrir sa peinture de toutes les influences auxquelles ses goûts et sa sensibilité pouvaient l'ouvrir. Chaque découverte d'une œuvre d'un artiste qui le touchait déposait sur son propre travail une strate nouvelle appliquée avec gourmandise.

Artiste sensible à toutes les formes d’art plastique – dessin, aquarelle, peinture, sculpture – Enard s’est laissé séduire par toutes les sources d’inspiration : les paysages du Périgord et les vieilles rues de chez nous, certes, mais aussi les canaux de Venise, des bateaux noyés d’écume, des terrasses ensoleillées offertes aux passants, le sport ou les musiciens, les chevaux fous des fantasias, des éclats d’ombre et de lumière colorés aux parfums d’orient.

Entre autres nombreux prix et récompenses, Paul-André Enard a reçu le Prix Périgord du 74e Salon Biennal de la SBAP.

Merci à Nicole Enard, son épouse, de présenter au public une rétrospective de l'œuvre de cet artiste qui a toute sa place dans l'histoire de la Société des Beaux-Arts du Périgord.

Marcel Pajot




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.